Le développement durable en Norvège

{{Le développement durable est un processus qui concilie l'écologique, l'économique, et le social. Il établit un cercle vertueux entre ces trois pôles. C’est un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.}}

Notes sectorielles  | 

Le développement durable est un processus qui concilie l'écologique, l'économique, et le social. Il établit un cercle vertueux entre ces trois pôles. C’est un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.

Il est respectueux des ressources naturelles, support de vie sur Terre et garantit l'efficacité économique sans pour autant perdre de vue les finalités sociales du développement que sont la lutte contre la pauvreté, contre les inégalités, contre l'exclusion et la recherche de l'équité.
Le développement durable est un thème actuel en France et en Norvège avec des mesures importantes prises dans les deux pays.

Les entreprises françaises à l’heure du développement durable

Selon une enquête Ipsos de janvier 2009, 89% des citoyens français attendent impatiemment des entreprises un comportement éthique et responsable. Ils attendent aussi que ces engagements soient ancrés dans le coeur du management des entreprises et refusent toute stratégie superficielle.

Qu’est ce qu’une entreprise durable ?

Pour l’entreprise, le développement durable englobe trois concepts : - le respect des générations futures, - la « triple bottom line » : conciliation de ses aspects économiques, environnementaux et sociaux - la gestion de rapports avec les parties prenantes

Le concept ne se réduit donc pas à la seule dimension écologique.

La Triple bottom line est un aspect fondamental du développement durable en entreprise. Il stipule que le développement à long terme n’est durable qu’en conciliant trois aspects indissociables : le respect ou préservation de l’environnement, l’équité sociale et la rentabilité économique. La durabilité d’une entreprise dépend de sa capacité à concilier ces 3 objectifs. Les parties prenantes de l’entreprise sont les acteurs qui participent à sa vie économique (clients, actionnaires, partenaires, collaborateurs, fournisseurs), mais aussi ceux qu’elle influence plus ou moins directement (société civile, consommateurs, pouvoirs publics, collectivités territoriales, médias, associations, ONG, citoyens).
En matière de développement durable, les parties prenantes expriment des attentes, dont l'entreprise devrait tenir compte en en faisant la synthèse. Selon l’OCDE, dans ses Recommandations sur le gouvernement d’entreprise, « les contributions des différentes parties prenantes représentent une ressource précieuse pour bâtir des entreprises compétitives et rentables. Il est donc dans l’intérêt à long terme des entreprises de favoriser une coopération créatrice de richesses entre les différentes parties prenantes »

Le développement durable est donc une démarche difficile car il nécessite des concilier en permanence des intérêts souvent divergents.

Enfin, pour que la démarche soit efficace : - le directeur de l’entreprise doit être le moteur du projet et être convaincu de son utilité - il faut faire de la formation dans l’entreprise

Ce qui compte est la progression sur le long terme : une entreprise ne peut pas devenir durable du jour au lendemain!

Que font les entreprises ?

Pour beaucoup d’entreprises françaises, le véritable déclencheur de la prise en compte du développement durable fut la pression exercée par le monde des investisseurs, relayée par les médias, les ONG, et surtout la législation. En effet, la loi NRE (Loi sur les Nouvelles Régulations Économiques du 15 mai 2001) oblige les sociétés françaises cotées en bourse à communiquer sur leurs performances sociales et environnementales. Il fut ainsi créé dans ces entreprises une direction du développement durable directement attachée à la direction générale du groupe. On trouve donc un directeur du développement durable dans toutes les entreprises du CAC 40, mais également dans d’autres grandes entreprises ou PMI. Il y a quelques centaines de directeurs du développement durable en France. La loi NRE étant exclusivement française, la question de l'étendue géographique des informations fournies dans les rapports se pose pour les entreprises internationales. Dans ce domaine, deux stratégies s'opposent. Des groupes tels que Michelin, PSA Peugeot Citroën ou Valeo n'hésitent pas à sortir des limites de l'Hexagone dans les informations fournies, certains intégrant même les pratiques de leurs prestataires.

Télécharger l'article complet :

<doc496|center>

Un article issu du magazine Kontakt n°91,
Janvier - Mars 2010
Une publication de la Chambre de commerce Franco-Norvégienne.

Chambre de Commerce Franco-Norvégienne
Tél : +47 22 42 57 00 - Fax : +47 22 42 76 13
@ : [ccfn@ccfn.no->ccfn@ccfn.no] - Site : www.ccfn.no

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS