Testé à Hong Kong, certifié à Hong Kong

Le gouvernement de Hong-Kong a mis en place il y a deux ans une commission chargée d’encourager la croissance du secteur des tests et de la certification (TIC).

Economie  | 

Le gouvernement de Hong-Kong a mis en place il y a deux ans une commission chargée d’encourager la croissance du secteur des tests et de la certification (TIC). Cette commission cherche maintenant à faire du territoire une plaque tournante de cette activité. Le professeur Ching Pak-Chung, président du Hong Kong Council for Testing & Certification nous donne une vue d’ensemble de la situation.

Le gouvernement a créé en septembre 2009 le Hong Kong Council for Testing and Certification (HKCTC), chargé de promouvoir le développement du secteur des tests et de la certification. Cette commission travaille maintenant, en étroite coopération avec les pouvoirs publics, à l’exécution d’un plan de développement sur trois ans, axé sur le marché, qui vise d’un côté à accroître la compétitivité du secteur, et de l’autre, à concentrer son effort sur des domaines d’activité spécifiques. Le HKCTC aide en outre les sociétés de certification à intensifier la promotion de leurs services à l’étranger et en Chine.

Accroître la compétitivité
Parallèlement, le HKCTC et le gouvernement s’efforcent d’améliorer le service d’accréditation et les facteurs de production du territoire dans l’objectif d’accroître la compétitivité du secteur de la certification.

La présence d’un bon système d’accréditation à Hong Kong en est le pilier. La plupart des organes de régulation, des acheteurs et des commerçants insistent en effet pour utiliser les services de laboratoires et d’organes d’inspection accrédités, afin d’être sûrs de la qualité des résultats. À Hong Kong, les accréditations sont délivrées par le Hong Kong Accreditation Service (HKAS), service public chapeauté par l’Innovation and Technology Commission. Le HKAS exerce une surveillance rigoureuse et conduit des évaluations basées sur les normes internationales grâce à des techniciens compétents. C’est un membre actif d’organisations internationales d’accréditation et il a signé des accords de reconnaissance mutuelle avec plus de 75 de ses homologues dans environ 60 pays, dont tous les principaux partenaires commerciaux de Hong Kong.

De nombreuses initiatives ont été prises pour améliorer les différents facteurs de production à Hong Kong. Dans le domaine de la main d’œuvre par exemple, il est important d’aider le secteur de la certification à attirer la fine fleur des quelques10 000 étudiants qui sortent chaque année des sections sciences, sciences appliquées et ingénierie des universités locales et du Vocational Training Council (VTC).

Trouver des opportunités dans des domaines d’activité spécifiques

Plus de 85% des tests effectués à Hong Kong concernent les textiles et les vêtements, les jouets, les produits électriques et les articles médicaux. L’activité est bien développée dans ces domaines où les marchés ont généralement été bien exploités. Le HKCTC cherche à présent à identifier de nouvelles branches où une demande potentiellement forte pour les services de certification pourrait exister, ainsi que la possibilité de créer une synergie qui profiterait aux domaines déjà bien exploités.

Un exemple de secteur où cette synergie est possible est celui de la bijouterie. Il y a quelques années, les consommateurs hésitaient à acheter de la jadéite – pourtant très populaire dans la communauté chinoise – en raison du manque de spécifications communément acceptées concernant la qualité du produit et les méthodes de classification. Afin de renforcer la confiance des consommateurs et la crédibilité des bureaux locaux d’authentification des pierres précieuses, le secteur de la joaillerie a créé en 2004 la norme « Standard Methods for Testing Fei Cui (Jadeite Jade) for Hong Kong » avec le soutien financier des pouvoirs publics. Le HKAS a introduit en 2005 un plan d’accréditation pour les laboratoires qui testent la jadéite afin de conforter l’initiative des joailliers. Les ventes de jadéite ont repris depuis, la confiance des clients ayant été restaurée. À la lumière de ce succès, le secteur de la bijouterie tient à explorer le potentiel de nouveaux services de certification pour d’autres pierres.

Le HKCTC a identifié la médecine chinoise, les matériaux de construction et l’alimentation en tant que domaines où le recours aux services de certification pourrait créer une synergie pour une croissance mutuelle.

La promotion à l’étranger et en Chine

Le HKCTC aide les sociétés de certification à intensifier la promotion de leurs services en renforçant l’image de marque du « Tested in Hong Kong, Certified in Hong Kong » dans le territoire et en dehors. En ce qui concerne l’accès au marché chinois, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en application le Supplément VII à l’accord Closer Economic Partnership Agreement (CEPA) passé entre Hong Kong et la Chine.

À partir de cette année, les laboratoires de tests hongkongais qualifiés peuvent, pour la première fois, effectuer des tests pour le China Compulsory Certification (CCC) System, dans le cadre d’un projet pilote concernant quatre types de produits fabriqués à Hong Kong (les jouets, certains dispositifs électriques, le matériel de TI et les appareils d’éclairage). Cette initiative va contribuer à créer des opportunités commerciales pour les laboratoires locaux et faciliter l’accès au marché chinois pour les produits fabriqués à Hong Kong.

La situation actuelle

Le secteur est bien établi à Hong Kong. Fin 2009, il comptait environ 690 entités, dont 570 entreprises privées indépendantes, 70 laboratoires sur site chez de gros fabricants et exportateurs et 50 laboratoires dans des services gouvernementaux et des organisations publiques (par exemple les laboratoires d’analyses médicales dans les hôpitaux publics). Ces établissements employaient environ 15700 personnes, dont 60% à peu près étaient des cadres et des professions intermédiaires. En 2009, leur chiffre d’affaires total se montait à environ 8 milliards d’HKD. Après déduction des biens et services utilisés pour la production, la contribution directe au PNB de ces sociétés est de 5 milliards d’HKD, ce qui prouve qu’il s’agit d’un secteur à forte valeur ajoutée.

Grâce à sa solide fondation, au soutien du gouvernement, et à son étroite coopération avec les sociétés de certification et d’autres partenaires, le HKCTC pense qu’il peut réaliser sa vision et faire de Hong Kong une plaque tournante régionale des essais et de la certification.

 

Professeur Ching Pak-Chung, président du Hong Kong Council for Testing & Certification

 

Contact
Chambre de Commerce et d’Industrie Française à Hong Kong
Orianne CHENAIN
Tel : (+852) 2294 7711 - Fax : (+852) 2524 1428
@ : mkg@fccihk.com - Site : www.fccihk.com

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS