République tchèque - L’économie tchèque connaît une croissance plus rapide que prévue

Pour le deuxième trimestre 2017, l’économie tchèque a enregistré une croissance de 4,7%. La croissance du PIB est accélérée par la consommation des ménages et par les investissements.

Economie  |   | Karolína Lipská

L’Économie tchèque ne cesse de croître. Au deuxième trimestre 2017, elle a connu une croissance de 4,7 %, tandis que le Bureau tchèque de statistique (Český statistický úřad) n’avait prévu que 4,5 %. Ce rythme est parmi les plus rapides de l’Union européenne. En comparaison avec le premier trimestre, l’économie tchèque a enregistré une croissance de 2,5 %, ce qui est le chiffre le plus élevé après la dissolution de la Tchécoslovaquie en 1993. Même les analystes en ont été surpris, s’attendant plutôt à un léger recul par rapport aux estimations originelles.

Ce qui renforce l’économie tchèque est notamment une forte demande intérieure. Vu la croissance des salaires nominaux la plus rapide depuis 2008 et une faible inflation, les Tchèques n’ont pas peur de dépenser plus. En comparaison avec l’année dernière, leurs dépenses de ménage ont augmenté de 4,4 %. De surcroît, le deuxième trimestre a enregistré également une hausse des investissement de la part des entreprises, qui ont placé plus d’argent notamment dans les moyens de transport, les habitations ou les constructions.

Quant au commerce extérieur, il a connu un surplus de 92,9 milliards de couronnes (3,6 milliards d’euros). L’exportation, représentée traditionnellement surtout par l’industrie automobile, a augmenté de 7,3 % ; l’importation a enregistré une croissance de 6,2 %. « La République tchèque vit une période favorable. La demande extérieure s’élève et permet d’augmenter les résultats à l’exportation » dit M. Pavel Sobíšek, l’économiste en chef de la Banque Unicredit.

Un autre indicateur positif est le taux de chômage qui s’arrête, selon Eurostat, à 2,9 % et reste le plus bas de toute l’Union européenne. Néanmoins, les chiffres de l’Office de l’emploi tchèque, qui recense les personnes enregistrées en tant que chercheurs d’emploi, sont plus élevés et atteignent 4,1 %.

Ces très bons indicateurs apportent également des préoccupations concernant l’augmentation des taux d’intérêts. Selon Mme Eva Zamrazilová, économiste en chef de l’Association bancaire tchèque, l’économie en croissance, le marché de travail surchauffé et une inflation moins élevée que prévue peuvent causer une deuxième augmentation des taux d’intérêts au cours de cette année. La Banque nationale tchèque a déjà augmenté les taux d’intérêts de 0,2 point à 0,25 % cette année, près de dix ans après la dernière  intervention.

Les indicateurs au vert causent également des changements dans les estimations pour toute l’année 2017, comme chez Komerční banka, filiale tchèque de la Société générale, qui a augmenté ses prévisions de croissance économique pour 2017 de 3,7 % à 4,3 %. Les estimations de la Banque nationale tchèque, moins audacieuses, ont augmenté de 2,9 % à 3,6 %. Le ministère des finances prévoit une croissance du PIB de 3,1 % en 2017 et de 2,9 % en 2018.

Contacter la CCIF République tchèque

 

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS