Les pays émergents et le luxe : gros consommateurs, futurs producteurs?

Après avoir connu la crise en 2008, le marché du luxe connaît une très forte reprise depuis 2 ans. Les groupes français et italiens du secteur affichent une excellente santé. Toutefois, attention aux ambitions de nouveaux entrants issus des pays émergents.

Economie  | 

Dior, Channel, Vuitton... Autant de marques désormais mondiales, devenues d'incontournables acteurs du luxe. Leur succès mondial est tel qu'il semble insolents au regard de la crise qui frappe les autres secteurs de l'économie. 

Le marché du luxe dans les pays émergents : un dynamisme à toute épreuve

Le marché du luxe dans les pays émergents progresse vite, même très vite. Son taux de croissance est très supérieur à celui de l'ensemble de l'économie. Ainsi, la Chine, Hong-Kong, Macao et Taïwan ont connu sur le secteur du luxe en 2010 près de 30% de croissance (source : Bain & Cie). On estime que 0,8% des chinois peuvent accéder au produits de luxe, alors que le pays compte 670 000 millionnaires et 135 millions de personnes gagnant plus de 25 000$ par an.

Mais cette croissance n'est pas limitée à la Chine : l'Inde, le Brésil, l'Indonésie, le Vietnam, la Malaisie et bien d'autres émergents portent le dynamisme du secteur. L'économie en croissance dans ces pays génèrent de forts déséquilibres entre les plus riches et la majorité de la population. Bien qu'une classe moyenne y émerge progressivement, les 10% les plus riches voient leur revenu croître rapidement et leur capacité de consommer augmenter au même rythme.

Le succès de l'internationalisation du luxe français

Sur les 3 marques françaises dont la valeur théorique est la plus élevée, on trouve deux représentants du Luxe : Louis Vuitton et Hermès. Le luxe a pris une grande importance dans le commerce extérieur français, puisqu'il en est la première industrie française hors Europe, représentant un chiffre d'affaires de 22 milliards d'euros, dont 82% à l'export.

Au delà des marques mondiales, la concentration des acteurs du luxe a fait émerger de grands groupes leaders au niveau mondial :

- LVMH (Louis Vuitton, Lacroix, Dior, Céline, Fred, Kenzo, Loewe, Givenchy, Fendi, Tag Heur, Chaumet, Moët et Chandon, Sephora)
- Richemont (Cartier, Lancel, Piaget, Montblanc, Van Cleef & Arpels, Chloé, Alfred Dunhill, Old England) 
- Pinault Printemps Redoute (Gucci, Yves Saint Laurent, Serge Rossi, Balenciaga, Boucheron)

Les concentrations ont permis à ces entreprises d'atteindre la taille nécessaire pour se développer sur tous les fronts à l'international.

Ces marques internationales et ces groupes leaders mondiaux ont une importance va au delà des chiffres. Ils véhiculent une image haut de gamme des produits français.

Le luxe français a réussi sa mondialisation mais de nouveaux entrants menacent

Au Qatar ou en Chine, notamment, plusieurs entreprises ambitionnent de développer leur griffe. Selon ce qu'à expliqué à l'AFP François Arpels, directeur exécutif de la banque d'affaires Bryan Garnier. "Que ce soit le Qatar ou la Chine, il s'agit de créer une marque qui leur ressemble, avec un souffle, un style moyen-oriental ou chinois, qu'ils peuvent aussi exporter".

Si le succès d'une marque de luxe se construit à l'export, il doit déjà se baser un marché de consommation domestique conséquent. C'est le cas dans ces deux pays. Néanmoins, l'image catastrophique du "made in China", l'absence d'historique et le manque de savoir faire haut de gamme limitent pour l'instant la naissance de ces nouveaux concurrents. 

Comme souvent, la réponse réside dans la constante innovation, l'ambition de conquérir de nouveaux marchés et la capacité à s'adapter aux évolutions des consommateurs. Les groupes de luxe français ont pour l'instant démontré leur savoir faire. Nous pouvons donc leur faire confiance pour l'avenir.

A lire : Etude Ifop sur le luxe dans les pays émergents

Laurent Jacquot, UCCIFE

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS