L’Alliance du Pacifique - Mexique, Colombie, Pérou, Chili - un nouveau bloc économique latino-américain avec un PIB de 2 000 Milliards USD

L'Alliance du Pacifique est une intégration qui va au-delà du libre-échange. Son objectif à terme est la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. Elle a également pour but une intégration en matière d’infrastructures et d’énergie. Les pays membres de cette nouvelle alliance ouvrent leurs portes aux entreprises françaises !

Commerce international  | 

En juin 2012, le Mexique, la Colombie, le Pérou et le Chili ont ratifié un accord de libre-échange donnant naissance à une nouvelle zone d'intégration économique, l'Alliance du Pacifique.

Cette initiative, née en 2011 sous l’impulsion de Alan Garcia alors Président de la République du Pérou, rassemble des pays disposant d’une façade maritime sur le Pacifique et offrant une ouverture vers les marchés asiatiques.

Ces dernières décennies, de nombreux accords d’intégration économique et politique ont vu le jour en Amérique Latine mais n’ont pas toujours connu le succès escompté.Cependant, les bases concrètes de ce nouvel accord nous rendent cette fois-ci résolument optimistes.

Tout d’abord, ses membres ont tous signé des accords de libre-échange entre eux ce qui leur permet d’avoir des objectifs plus ambitieux comme celui de négocier en bloc un traité de libre-échange avec les pays d’Asie du Sud-Est (ASEAN qui regroupe notamment l’Indonésie, la Thaïlande, le Vietnam et Singapour), la région économique la plus dynamique du monde. Rappelons que les quatre pays de l’Alliance du Pacifique ont également ratifié un accord de libre-échange avec l’Union Européenne (L’entrée en vigueur du TLC Colombie/Pérou - Union Européenne est en cours). L'Alliance du Pacifique est par ailleurs une intégration qui va au-delà du libre-échange puisque son objectif à terme est la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. Elle a également pour but une intégration en matière d’infrastructures et d’énergie.

L’autre projet phare de ce bloc économique est l’intégration de ses marchés boursiers qui existe déjà (MILA) mais qui n’inclut pas encore le Mexique. Ces pays ont également prévu de créer des bureaux communs de promotion de leurs exportations dans certains pays asiatiques, d’éliminer les contraintes de visas pour leurs citoyens et de créer un système d’échanges universitaires sur le modèle européen d’Erasmus.

Concernant le commerce, l’objectif est d’éliminer toutes les barrières douanières. Cette mesure concerne déjà depuis le mois de mars 90% des produits. Les quatre présidents ont également convenu de débuter des négociations pour créer un système supranational d’arbitrage en cas de litiges, qui permettrait de donner plus de garanties juridiques aux entreprises qui désirent investir dans l’un des pays de l’Alliance.

Les économies groupées des quatre pays membres de l’Alliance du Pacifique représentent 215 Millions d’habitants et un PIB cumulé de 2 000 Milliards USD (35% du PIB latino-américain), plus que la Russie, l’Inde ou encore l’Espagne. Le montant de leurs exportations représente plus de 50% du total des exportations latino-américaines.

Ces quatre économies ont de nombreux points communs : une politique économique libérale, une ouverture commerciale, une politique attractive pour les investisseurs, un taux de croissance soutenu, une inflation maitrisée, une réception importante d’IDE, des programmes d’investissements en infrastructures, l’émergence d’une importante classe moyenne qui consomme…

Elles sont membres de l’APEC (sauf la Colombie qui est candidate à l’adhésion). Le Mexique et le Chili ont par ailleurs intégré l’OCDE alors que la Colombie et le Pérou participent au travail du comité des investissements de cette organisation basée à Paris.

Le Costa Rica et le Panama, qui ont déjà un statut d'observateur au sein de l'Alliance, pourraient bientôt adhérer. Ces deux pays doivent auparavant signer des accords de libre-échange avec chacun des pays membres, condition requise pour intégrer l’alliance.

A l’occasion du récent sommet CELAC-UE à Santiago du Chili, Enrique Peña Nieto (Mexique), Juan Manuel Santos (Colombie), Ollanta Humala (Pérou) et Sebastián Piñera (Chili) se sont réunis et ont octroyé le statut de pays observateur au Japon et au Guatemala.

Victor Brun, CCIFE Pérou.
Avril 2013

Relecture : CCIFE Mexique, CCIFE Colombie, CCIFE Chili, CCIFE Amérique Centrale.


En savoir plus :

->> Réussir au Mexique

->> Réussir en Colombie

->> Réussir au Pérou

->> Réussir au Chili

->> Réussir en Amérique Centrale


 

 

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS