La Norvège un pays riche et mal connu des exportateurs français

La Norvège fait partie du club restreint des pays dits «très riches». Tirant principalement ses bénéfices du secteur «oil & gas », la Norvège et ses 5 millions d’habitants a su diversifier son expertise vers les secteurs très dynamiques de l’environnement, des smart grids ou encore des TIC.

Commerce international  | 

source : wikicommons - Daniel78

C’est un marché très exigeant destiné à des entreprises solides financièrement. Il est surtout nécessaire que les entreprises dépassent le blocage psychologique envers les pays scandinaves jugés fermés. Au contraire, les opportunités sont nombreuses et le savoir-faire français jouit d’une très bonne image » explique Ludovic Caubet directeur de la Chambre Franco-Norvégienne à Oslo.

A moins de trois heures d’avion de Paris, la Norvège reste un pays méconnu des exportateurs français. Selon l’Ambassade de France à Oslo, le commerce de la France avec la Norvège est traditionnellement déficitaire en raison des fortes importations françaises d’hydrocarbures : la Norvège est l’une des deux premières sources de la facture énergétique française en étant depuis 2007 le premier fournisseur de gaz naturel et le troisième fournisseur de pétrole brut. Avec un déficit de la balance commerciale de 5,255 Mds € en 2011 (la Norvège représente ainsi le 5e déficit bilatéral pour l’Hexagone) la France est le 4e client de la Norvège, elle est son 8e fournisseur.

Être patient dans la négociation mais rapide dans l’action

« Nos entreprises restent mal informées des possibilités de développement. Nous préconisons une implantation locale (filiale, partenaire, agent) car les Norvégiens basent leur relation d’affaires sur le long terme. Nous notons en revanche une progression des demandes d’informations et d’accompagnement des Pme françaises, ce qui a d’ailleurs poussé la Chambre à déménager pour trouver des locaux plus grands afin de les héberger. Nous possédons dorénavant 30 postes de travail pour accueillir les entreprises au sein de notre incubateur. Commercial à temps partagé, domiciliation / hébergement d’employés / coaching de VIE , back office, appui administratif et financier (Récupération de TVA, informations de notoriété), création d’une structure locale (du bureau de liaison à la filiale), … Nous mettons à disposition un éventail de services pour accompagner les entreprises sur ce marché très exigeant et haut de gamme » explique L. Caubet.

Les Norvégiens sont très rigoureux dans les relations de travail et certaines règles d’usage sont à observer. « Il faut d’abord soigner son offre avec des brochures concises, un site web étoffé et en anglais (langue des affaires en Norvège qu’il faut maîtriser). Les relations humaines tiennent une place importante. Entretenir des contacts suivis avec son représentant local par exemple, s’en tenir à des prix fermes, éviter de marchander et respecter ses engagements» sont parmi les principes de base du business en Norvège ».

Au-delà de l’Oil & Gas, l’environnement et le transport/route

La Norvège est très active quant à la protection de l’environnement. Le Gouvernement a renouvelé son engagement concernant le contrôle des gaz à effets de serre. Il existe donc de réelles opportunités pour les entreprises françaises dans les domaines de la capture et stockage de CO2, le traitement des déchets, l’écoconstruction, les technologies favorisant les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables (éolien, solaire…).

Aussi, le secteur smart grids estil porté par la directive qui prévoit pour 2017 l’intégration des réseaux intelligents dans tous les foyers norvégiens.

Par ailleurs, le plan national des transports 2010-2019 prévoit un investissement public d’environ 40 milliards d’euros, notamment dans la modernisation des infrastructures routières et ferroviaires. « Des marchés encore sous-estimés même par nos grands groupes de construction, tandis que le pays malgré un faible taux de chômage de 3% fait face à une pénurie de main d’oeuvre dans l’Oil & Gas, l’hôtellerie/ restauration ou le BTP » note L. Caubet.

Source : Classe Export - Avril 2013
Journaliste : Julien Thibert

Chambre de Commerce Franco-Norvégienne
Ludovic CAUBET
Tel. +47 22 42 57 00
www.ccfn.no
caubet(at)ccfn.no

 

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS