Inde - Un choc mondial passé inaperçu

La plus grande démocratie du monde vient d'élire son Premier ministre et pour la première fois de son histoire, ce sont des politiques plus tournés vers l’industrie que le social qui sont au pouvoir.

Opinion  | 

L'Inde souhaite donc une nouvelle orientation de sa destinée qui, si elle réussie, devrait avoir un impact direct sur le monde pour deux raisons. Tout d'abord parce qu'avec 1,4 milliards d'habitants, l'Inde sera le pays le plus peuplé au monde dans vingts ans, mais aussi et surtout , parce qu'elle possède, contrairement à la Chine, une population jeune qui souhaite s'en sortir et qui voit ce qui se passe ailleurs dans le monde avec Internet.

Cet homme qui devrait sortir l'Inde du marasme et qui se dit providentiel, s'appelle Narendra Modi. Bon orateur avec un charisme certain, il a fait ses preuves dans l'Etat du Gujarat et a toujours su communiquer et amplifier ses réussites économiques tout en dénonçant la corruption, au niveau régional et national, de la partie opposée.

Largement élu avec plus e 335 sièges sur 543, beaucoup d'Indiens croient en cet homme de droite. Il est vrai que depuis 1947, date de l'indépendance de l'Inde, c'est toujours la gauche socialisante avec le Parti du Congrès (ancien partie de Nehru et Gandhi) qui avait la main. Il y a bien eu une parenthèse avec la droite en 77 et surtout entre 99 et 2004, mais somme toute relative car avec les coalitions successives ne lui laissaient aucune autonomie réelle.

Aujourd'hui la droite nationaliste hindou -dans un pays qui fait 6 fois la France t qui comporte 28 états fédéraux - a donc les pleins pouvoirs pour mettre les réformes qu'elle souhaite,  en place. Si elle arrive à remontrer les défis qui lui font face : restructurer son administration, limiter l'inflation, augmenter la qualité de ses infrastructures et diminuer son nombre de pauvres, elle pourra jouer, dans les années à venir un acteur de poids dans le monde. Car, nous ne le voyons peut-être pas ainsi, mais c'est un pays complémentaire à la Chine qui se dit l'atelier du monde. Avec ses écoles qui fournissent près de 500 000 ingénieurs par an, une capacité de réflexion très performante sur de nombreux sujets et sa maîtrise de l'anglais, l'Inde pourrait bien devenir le bureau du monde.

Et les prémisses sont là avec les nouvelles technologies, comme l'informatique, où près de 50% des plus grosses entreprises du monde ont décidé de sous-traiter une partie de leur informatique en Inde. Des entreprises indiennes comme WIPRO, TCS, Infosys sont ainsi devenues en quelques années des géants de l'informatique.

Aujourd'hui, les occidentaux sont bien conscient que c'est l'innovation qui leur permettent de garder la main sur le marché économique mondial, mais qu'en sera t'il demain si l'innovation est sous-traitée en Inde ? Posée comme cela, la réponse peut faire peur évidemment, mais dans mon dernier ouvrage "Bien communiquer avec vos interlocuteurs indiens" réalisé avec la collaboration de Cap Gemini, plus gros employeur français en Inde, la réponse est riche de réflexion. Cap Gemini n'a en effet pas sous-traitée ses activités mais les a internationalisé en venant très rapidement en Inde. Son PDG de l'époque, Serge Kampf avait compris que c'était un levier pour son développement en Asie et non un frein pour sa société. 

Nous ne le savons donc pas encore, mais Modi vient peut-être d'enclencher la transformation de notre futur si l'Inde sait enclencher les réformes nécessaires...

Laurent Goulvestre
Auteur de "Bien communiquer avec vos interlocuteurs indiens" aux Editions Afnor

www.goulvestre.com 

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS