Hong Kong, nouvelle base mondiale pour KPMG

Le groupe d'audit KPMG décide d'installer son siège international à Hong Kong, une première pour un des groupes des "Big Flour".

Entreprises  | 

En octobre dernier, l’Australien Michael Andrew a été nommé à la tête du groupe d’audit KPMG International. Plutôt que de s’installer à New York ou à Londres, il a choisi de s’établir à Hong Kong – une première pour un groupe des Big Four. Le président de KPMG explique pourquoi il a bousculé les lignes.


Pourquoi avez-vous décidé de présider KPMG depuis Hong Kong ?
C’est là où tout se passe dans notre métier. La croissance en Chine et dans les pays de l’ASEAN sont cruciaux pour notre réussite. Je me suis donc dit qu’il fallait vraiment être présent sur le terrain, discuter avec les régulateurs, les clients, le marché, afin de bénéficier d’un réel avantage concurrentiel.

D’autre part, c’est pour une question de logistique. Hong Kong se situe vraiment dans l’Empire du Milieu. La possibilité d’aller partout dans le monde par vols directs est un énorme atout pour quelqu’un qui voyage autant que moi.

Et puis j’ai suivi le conseil d’un président très avisé qui m’a dit de « suivre l’argent ». Selon lui, toutes les personnes que je dois voir se trouvent à Hong Kong à un moment ou à un autre, du fait des nombreux échanges et des liquidités disponibles dans la ville.

 
Cela reflète-t-il le basculement du monde développé vers les pays émergents ?

Beaucoup de facteurs sont à l’origine de ce phénomène. Mes principaux clients à travers le monde essaient de cibler, avec leurs produits et services, une classe moyenne qui est en pleine croissance en Asie-Pacifique, région vers laquelle ils déplacent leurs investissements et opérations.

Le deuxième facteur, c’est que sur beaucoup de marchés occidentaux, les liquidités représentent un problème. La capacité à lever des capitaux, à traiter avec des banques ayant la capacité d’adapter leur bilan, est donc un avantage compétitif certain. Nos clients viennent donc de plus en plus sur ce marché pour tirer parti de ces opportunités.

En parlant de marchés émergents, faites-vous référence à l’Inde et à la Chine ?

Oui, mais pas seulement. J’ajouterais aussi le Brésil et l’Afrique, également très importants pour nous. Mais il y a également une autre source de croissance – les pays de l’ASEAN, la Turquie, le Moyen-Orient et comme indiqué précédemment, certains pays d’Afrique – qui nous intéressent beaucoup en ce moment.

En étant basé à Hong Kong, je peux plus facilement entrer en contact avec les politiques et les fonctionnaires clés de ces marchés, ainsi qu’avec les clients et les régulateurs.
 
Vous contribuez à l’élaboration de la stratégie globale de KPMG, et vous connaissez très bien la région Asie-Pacifique. Quels sont vos perspectives et objectifs durant votre mandat de quatre ans ?
 
En fait, dès 1992, j’ai été à l’origine de la première stratégie de KPMG en Asie-Pacifique. Puis, je suis devenu président en charge de cette région. Pour nous, elle a un potentiel immense. J’ai donc défini comme objectif de devenir leader, ou deuxième, sur chaque marché crucial de la région. Cela implique d’examiner avec attention toute la gamme de services que nous proposons, puis d’être un intervenant de qualité sur ces marchés.

Actuellement, nous réalisons 23 milliards de dollars de chiffre d’affaires, et je pense que d’ici la fin de mon mandat dans trois ou quatre ans, nous aurons dépassé les 30 milliards de dollars. La croissance est énorme sur ces marchés et l’intérêt pour les compétences que nous offrons est certain.
 
Est-ce que la nature de votre activité évolue de l’audit et de l’accompagnement fiscal vers le conseil ?

C’est intéressant car traditionnellement, l’accompagnement fiscal est le point d’entrée sur ces marchés. C’est ce qui attire les investisseurs internationaux. Puis vous avez les introductions en bourse des clients locaux, et finalement, ils commencent à se développer à l’international. La conséquence de cette évolution, c’est qu’ils ont besoin de conseils pointus et adaptés qui les forment sur les risques, sur les principaux systèmes d’installation informatique, et les aide dans leur veille concurrentielle. C’est là où nous en sommes actuellement : quand les prestations de conseil deviennent prépondérantes.

Cela signifie-t-il que les groupes des Big Four vont prendre beaucoup plus de décisions liées à l’Asie-Pacifique, votre groupe ayant alors l’avantage du pionnier ?

 
J’espère que je suis le seul président à venir à Hong Kong, car il semble que cela a été incroyablement bien perçu par notre clientèle, sur les marchés locaux. Et je pense que c’est un avantage compétitif significatif, à une période où le monde se déplace de l’Ouest vers l’Est, du Nord vers le Sud.

Source : Hong Kong Trader - HKTDC

Contact
French Chamber of Commerce and Industry in Hong Kong
Tél : (+852) 2294 7713 - Fax : (+852) 2524 1428
@ : mkg2(at)fccihk.com – Site : www.fkcci.com

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS