Financer les PME à Hong Kong

Quentin Dumas, expert financier chez Lea Trade Hong Kong Ltd, explique comment relever le défi du financement dans le labyrinthe financier de Hong Kong.

Opinion  | 

Hong Kong est un paradis pour les PME, mais avec la prolifération actuelle des banques dans le territoire, qu’en est-il de la recherche de moyens de financement pour les PME ? Quentin Dumas, expert financier chez Lea Trade Hong Kong Ltd, nous explique comment relever le défit du financement dans le labyrinthe financier de Hong Kong.

Hong Kong a la réputation d’être un paradis pour les startups innovatrices et pour les PME (petites et moyennes entreprises) désireuses de s’imposer en Asie. Le melting-pot culturel, le haut niveau de qualification des salariés, le très faible taux d’imposition et la grande simplicité des démarches administratives font en effet de Hong Kong l’endroit idéal pour ouvrir une boutique. Le gouvernement y contribue en proposant différentes formes d’assistance : espaces de bureaux subventionnés, fonds pour le marketing, garanties financières etc.

Lorsque votre entreprise commence à croître et à se développer, quelles sont les options financières disponibles à Hong Kong ?

Trois stratégies sont possibles : la première consiste à rechercher des investisseurs pour injecter du capital en échange de parts dans l’entreprise. La deuxième consiste à trouver une banque disposée à faciliter votre croissance. Et pour finir, si aucune de ces options ne fonctionne, il ne vous reste plus qu’à trouver des institutions financières offrant des possibilités de financement par bons de commande ou par affacturage, qui aideront votre entreprise à se développer.

Les banques sont clairement la première option à envisager. Hong Kong est probablement la deuxième ou troisième ville du monde pour le nombre de banques représentées ; cela signifie-t-il que les PME n’ont aucun problème à trouver des moyens de financement ?

Néanmoins, dans le labyrinthe tentaculaire du système bancaire hongkongais, il peut être difficile de savoir par où commencer. La meilleure méthode consiste à commencer par la banque avec laquelle vous menez vos affaires quotidiennes. Adressez-vous au centre PME de votre banque, vos interlocuteurs seront certainement les mieux à même de comprendre votre situation. Une autre bonne méthode consiste à essayer les petites banques locales : celles-ci sont parfois plus faciles à convaincre et connaissent mieux les enjeux des entreprises locales.

Il est également important de savoir à qui s’adresser. La personne qui plaidera votre cause auprès du comité de crédit sera votre banquier. Vous devez remplir toutes les conditions requises par le secteur bancaire hongkongais : avoir trois ans d’existence minimum, fournir les comptes audités des trois dernières années, et être rentable de préférence. D’autre part, vous devrez prendre le temps d’expliquer suffisamment en détail votre projet d’entreprise : convaincre une banque de vous soutenir est un travail de longue haleine, et plus de six mois peuvent s’écouler entre le début de la procédure et la prise de décision finale.

Les banques demanderont également des garanties. Pour cela, différentes options sont possibles. Si la recherche de garanties s’avère être un problème insurmontable, d’autres options existent pour couvrir les besoins en trésorerie et dégager des fonds pour le marketing, la recherche et le développement, ou pour toute autre dépense nécessaire à la croissance de votre entreprise. L’affacturage ou le financement par cession de créances est accordé par les banques en échange de peu de garanties, soit entre 30 et 40 % de la ligne de crédit. D’autres institutions financières peuvent également fournir des lignes d’affacturage non sécurisées. Cette option consiste à vendre ses factures à un tiers (typiquement une banque ou autre institution financière). Les affactureurs achètent entre 70 et 90 % de vos factures et versent l’argent directement sur votre compte en banque. Ce système est particulièrement utile lorsqu’un acheteur paie à une échéance de 60 à 90 jours. Néanmoins, l’affacturage ne peut marcher qu’avec les factures adressées à des entreprises solvables, car elles dépendent des plafonds de crédit attribués à chaque entreprise par les agences de notation. Cela signifie qu’une PME qui ne vend pas toujours à de grandes entreprises risque de ne pas pouvoir vendre au rabais toutes ses factures.

Le meilleur moyen pour protéger vos liquidités consiste à étendre les conditions de crédit de vos fournisseurs tout en réduisant celles de vos acheteurs. Mais dans la plupart des cas, cela nécessite de bâtir des liens solides avec ses fournisseurs et ses acheteurs.

Contact French Chamber of Commerce and Industry in Hong Kong
Delphine COLSON
@ business(at)fccihk.com
www.fccihk.com

© 2017 FRANCE MONDE EXPRESS